Une fille, une poupée et des petites voitures

Publié le 5 Février 2014

Une fille, une poupée et des petites voitures

S'il y a une ligne de conduite à laquelle je ne souhaite pas déroger dans ma vie, c'est le respect de la liberté individuelle de chaque individu (parce que je tiens trop à ma liberté pour vouloir empiéter sur celles des autres) et la lutte contre les discriminations. Et vous l'aurez bien remarqué, depuis plusieurs mois, l'air ambiant est assez nauséabond concernant ces 2 points.

Que l'on parle mariage pour tous, égalité homme-femme, droit à l'avortement, ou lutte contre les clichés sexistes, la simple idée d'être pour une société juste qui offrirait les mêmes droits et devoirs à chacun, ne fait que réveiller les extrémismes les plus abjects.

A la maison, nous avons une fille, et nous aurons peut-être un garçon qui sait, un jour... Il n'empêche que je ne vois pas en quoi l'éducation prodiguée à chacun devrait différer en fonction de leur sexe (bon même si j'avoue, je n'apprendrai pas à ma fille à faire pipi debout...). Alors, c'est sûr, elle porte du rose, met des jupes, et voudra peut-être un jour passer ses journées avec un déguisement de princesse sur le dos. Mais, en attendant, elle s'éclate aussi bien avec ses voitures Vroom planet que sa poupée et sa dînette. Et peut-être qu'elle leur préférera un jour les ballons et les déguisements de chevaliers.

Et cela ne changera rien.

Et si un jour j'ai un garçon qui joue aux petits poneys, veut faire de la danse et me pique en douce mon maquillage, cela ne changera rien non plus (que l'on me soutienne 2 secondes que Johnny Depp "Jack-Sparrow" style et Benjamin Millepied sont des sous-hommes, tiens !).

Et puis sincèrement, vouloir cantonner leurs activités à des carcans liés à leurs chromosomes X ou Y me semble bien inutile, face à toutes les contraintes que leur imposera la société tout au long de leur vie. Si on ne leur laisse pas la liberté et l'insouciance de vivre leur enfance hors de tout déterminisme social, quand le pourra-t-on?

Parce que ma fille sera toujours ma fille, quels que soient ses choix, ses envies, ses rêves. De la même manière que je la soutiendrai si elle veut devenir coiffeuse ou plombier, astronaute ou instit, présidente de la République ou bibliothécaire (les seuls métiers où je ferai peut-être la tête seraient l'armée ou la police, mais c'est mon côté Bisounours non-violent qui parle...), que si un jour elle m'annonce préférer les filles aux garçons, je continuerai de l'aimer sans condition.

C'est juste comme ça que je conçois mon rôle de parent. Permettre à nos enfants de vouloir réaliser leurs rêves, leur donner les moyens d'accomplir leurs ambitions et les soutenir dans leurs choix pour qu'ils aient confiance en eux et soient heureux, tout simplement.

Ma fille d'amour, sache que tu pourras toujours compter sur moi, telle que tu es, comme aujourd'hui, quand tu me fais un câlin serré avec ta poupée Paulette et tes petites voitures. Je t'en fais la promesse ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par AnneSoA

Publié dans #Maternité, #Trucalire

Commenter cet article

cha 05/02/2014 14:14

imagine la tete de certains papas quand vers noel ils manquent d'idees cadeaux (et viennent sonder la maitresse) pour leur fiston et que je leur dis que leur petite progeniture masculine adooooore jouer à la dinette....
d'ailleurs les garçons sont tres souvent dans le coin dinette...