Vingt et un mois

Publié le 29 Août 2014

Vingt et un mois

Un nouveau mois écoulé. Un mois où nous avons été séparées à plusieurs reprises, et où chacune de nos retrouvailles me faisait réaliser à quel point tu grandis.

A vingt et un moi, tu es une grande fifille (c'est toi qui le dis) qui papote toute le temps, dès le matin dans ton lit quand tu discutes avec ton doudou. Tu commences à nous faire quelques phrases, qui nous prennent à chaque fois un peu de court. Tu as une façon bien à toi de prononcer ton prénom "Taé", mais sans les sons "K" et "L", difficile d'articuler, je le comprends bien.

Cet été, tu as découvert les joies de la plage et, entre les pâtés à écrabouiller et les vagues qui éclaboussent, tu t'es sentie très vite dans ton élément. J'ai adoré contempler l'air concentré que tu prends quand, armée d'une pelle et d'un seau, tu décides de transvaser la moitié de la plage à travers le tamis. Attention cependant à ne pas se mettre trop de sable sur les doigts quand même.

A la plage, tu t'es d'ailleurs fait de nouveaux copains, entre Z, que tu retrouveras chaque été et M. que tu cherchais dans la maison de Mamithé après une semaine d'absence. Je n'aurais pas soupçonné que si jeune, les amitiés étaient déjà si dessinées. Autant dire, qu'après 7 semaines sans crèche, voir ton regard s'illuminer quand on prononce le nom des copines L. et O. est me provoque une émotion non dissimulée.

Tu danses, tu sautes, tu te mets sur la pointe des pieds, tu tournes, tu aimes toujours autant bouger, suivre les mouvements de Mamithé qui fait sa gym, jouer au ba'on, faire du vé'o....

Et cerise sur le gâteau, tu as ta façon bien à toi de répondre à nos "je t'aime", en envoyant un gros bisou de la main.

Voilà, à vingt et un mois, tu me sembles si grande, mais, quand j'imagine qu'au même âge, je devenais grande sœur, j'ai une énorme bouffée de respect pour ma maman, car à vingt et un mois, tu me sembles quand même encore bien petite.

Ne grandis pas trop vite mon PetitChou !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par AnneSoA

Publié dans #Journal

Commenter cet article