Votre accouchement, Madame, je vous le sers avec ou sans péri ?

Publié le 26 Mars 2013

Votre accouchement, Madame, je vous le sers avec ou sans péri ?

En France, environ 1/3 des femmes accouchent sans péridurale. Certaines le font par obligation (à cause de contre-indications à l'anesthésie - d'où l'importance de la consultation d'anesthésie à réaliser lors du dernier trimestre de grossesse) et d'autres le font par choix.

C'est de ce choix dont j'ai envie de parler aujourd'hui. J'ai à l'esprit, à tort ou à raison, qu'un accouchement physiologique (le gentil adjectif qui veut dire sans anti-douleur, ahhhhhhhhhh) entraîne moins de complications lors de la naissance et pendant les suites de couches (épisiotomie, expulsion instrumentée, césarienne en urgence) sans compter la frustration de certaines jeunes mamans qui ont parfois l'impression d'avoir un peu été dépossédée de leur accouchement à cause de la péridurale.

Soyons bien clairs, je ne pose aucun jugement, juste l'état de ma réflexion à la suite de mon premier accouchement et à l'idée d'envisager une prochaine naissance.

Lors de la naissance de PetitChou, j'ai réussi à gérer mes contractions pendant presque 10 heures sans trop de difficultés, mais j'avais dans la tête que j'aurais la péridurale pour la fin du travail. Je n'avais pas d'angoisse par rapport à l'aiguille ou au produit, et n'étant pas trop douillette mais pas maso non plus, je ne voyais pas l'intérêt de souffrir le martyr pendant des heures (car un premier accouchement est souvent très long) si je pouvais l'éviter.

Finalement, il a fallu m'aider à coup d'ocytocine pour rendre les contractions plus efficaces, rompre la poche des eaux pour essayer de faire avancer le travail, et finalement puisque je ne pouvais plus me mouvoir comme je l'aurais voulu, je n'ai pas pu aider mon bébé à bien s'engager dans le bassin. Tout ça s'est donc terminé en césarienne en urgence pour extraire au plus vite PetitChou dont le cœur fatiguait. Même si la naissance de ma fille est un souvenir exceptionnel et inoubliable, je reste un peu triste de la façon dont l'accouchement s'est terminé.

D'une part, j'étais totalement prête à accoucher par voie basse (là où mes collègues primi des cours de préparation à l'accouchement étaient parfois très angoissées) et d'autre part, je rêvais de voir le visage de mon Homme au moment où nous devenions parents pour la première fois. Il faut croire que le conseil de la sage-femme qu'il faut bien garder en mémoire, c'est que cela ne se passe pas toujours comme prévu. Je le sais maintenant.

Mais pourtant, je garde l'espoir de donner naissance naturellement à mon prochain bébé et je crois que pour cela, je me sens capable de le faire "à l'ancienne". Je suis consciente qu'un tel projet nécessitera une bonne préparation. Quand ce sera d'actualité, il ne restera plus qu'à se mettre en recherche de la sage-femme qui saura au mieux nous accompagner dans cette aventure. Sophrologie, haptonomie, yoga...Si vous aussi vous avez accouché sans péridurale, que recommandez-vous ?

Rédigé par AnneSoA

Publié dans #Maternité

Commenter cet article

anso 28/03/2013 12:52

Ici, 1er accouchement avec péri qui s'était très bien passé, je me sentais prête pour le 2ème à tenter l'expérience sans péri. Je m'étais préparée avec la sophrolgie, et aussi des infusions pour rendre le travail efficace....
Je pense que ça a marché, car en 2h, mon petit bout était prêt à naitre.... mais les contractions étaient tellement fortes et surtout en continu, que j'ai demandé la péri. Super sage-femme et super anesthésiste, une péri rapide (3 minutes) et super bien faite, j'ai tout senti sans avoir mal.... le rêve.
bonne chance, j'espère que ta prochaine grossesse se passera comme tu l'espères !

AnneSoA 27/03/2013 17:07

Merci les filles pour vos témoignages. C'est aussi pour ce genre d'échanges autour des moments qui bouleversent notre vie que j'ai commencé à écrire ce blog. J'espère que vous et vos bouts'choux allez bien.

carine 27/03/2013 10:47

Quand on dit qu'on veut accoucher sans péri, on est souvent regardé de travers. Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule que ça intéresse !! J'avais ce projet pour mes 2 accouchements et j'ai "échoué" à chaque fois. Il semble que la dilatation à 6cm soit mon maxi. Je pense qu'on peut toute accoucher sans péri mais pas aussi facilement pour tout le monde. A chaque fois c'est le même scénario pour moi, je patiente des heures chez moi avant d'aller à la mat Je bouge, prends des bains, fait de la sophro (c'était ma prépa), je respire et je gère... sauf qu'à un moment je stress et je veux savoir à combien je suis dilatée. Et c'est là que je me plante. Pour les 2, j'arrive à la mat en pensant être à 4cm et en fait on m'annonce que je suis à 2 ! Ensuite je tente de tenir encore, je fais le bain, le ballon, je bouge mais ... je ne dilate pas ! au bout de 12h de travail je suis dilatée à 4cm 5 cm. Donc pour moi c clair, la dilatation est lente et mon problème c'est la gestion du mental, du stress. Dans l'émission des maternelles, ils ont parlé de l'importance du père. Je pense que c'est primordiale. Pour réussir, il faut un coach. Quelqu'un qui nous encourage, nous soutienne, nous masse, oriente notre esprit ailleurs que sur notre douleur. Si les gens autour n'y croient pas, on a soi-même du mal à y croire. Les cours de préparation sont certainement importants mais la préparation doit être avant tout personnelle, et en couple aussi. Parler de ce que l'on veut, et ce qu'on refuse absolument, que notre homme soit pret à faire face au monde médical qui se croit tout puissant et qui nous retire la possibilité de choisir. J'avais beau avoir envie de tenir, au bout de tant d'heures, sans manger, sans dormir, quand on vomit tellement la douleur est insoutenable, si par hasard votre homme vous dit "tu crois vraiment que tu vas y arriver" ou bien si la sage-femme vous dit "si vous voulez, l'anesthésiste est dans les parages", on a beau avoir réunis ttes nos forces et notre motivation, c'est très difficile de ne pas craquer. Maintenant je relativise bcp sur l'utilisation de la péri. J'ai eu 2 accouchement merveilleux. Ma technique a été de prendre la péri pour me soulager qques heures. J'ai pu me reposer un peu, voire même dormir. J’ai essayé de ne pas trop l'utiliser. Et qd on m'a dit que j'étais à 8/9cm, je me suis interdit d'appuyer. Je n'ai pensé qu'à mon bébé, à l'envie de vivre ce moment magique du premier cri, du 1er regard et ça m'a donné la motivation. Si bien que pour mes 2 accouchements, j'ai pu vivre le passage et l'expulsion à fond. J'avais toutes les sensations, la douleur surement un peu atténuée qd même mais bien présente. Je pouvais pousser efficacement je n'ai pas eu d'épisio malgré un bébé de 4kg300. Mon regret est d'avoir eu la poche des eaux percée par la sage femme et la perf de syntho. je pense que ça n'est pas anodin mais mes 2 enfants sont en parfaites santé, il n'y a eu aucun souci en suite de couche ni pour eux ni pour moi donc je me dis que ça n'est pas si grave. Pour mon cas, la péri m'a permis de bien vivre mes accouchements. Et à chaque fois j'ai vu un osteopathe après pour moi et pour le bébé. Je le conseille vivement même si l'accouchement s'est bien passé, il y a tjs des petites choses à remettre en place. Si j'ai la chance de vivre un 3ème accouchement, mon projet sera encore de faire sans péri. Je me préparerai avec la sophro, mais j'essayerai encore plus de préparer mon homme à me coacher. Les massages, le contact corporel, la stimulation de point douloureux est une bonne technique pour passer les caps difficiles. Et puis, un dernier conseil, bien choisir sa maternité. Il y a quand même des équipes soignantes qui sont plus à même de nous soutenir dans notre choix.

Delphine 26/03/2013 21:02

Premier accouchement sans peri , et j'en garde un merveilleux souvenir. Ici en Suisse, la peridurale n'est donne que pour raison medicale, jamais pour le confort. Du coup j'ai eu le temps de me preparer psychologiquement et physiquement. J'ai trouve important de connaitre le deroulement de la naissance/les differentes etapes, de voir des schemas...pour dedramatiser, mieux apprehender et surtout ne pas avoir peur de l'accouchement mais avoir hate de vivre cette experience unique! J'ai fais mes cours de preparations avec de cours de yoga, nickel pour bien respirer et accueillir les contractions sans se bloquer. Oh et a l'hopital, j'etais libre de mes mouvements et la sage-femme m'a aide a souvent change de position pour faire descendre le bebe. J'etais en pleine forme apres l'accouchement. Je refais la meme pour le prochain!

Méli. 26/03/2013 10:36

Moi aussi je me pose la question. La péri n'a pas marché pour mon 1er accouchement. Pourtant le vrai travail a duré plus de 16 heures et je n'ai pas évité ni épisio ni forceps. Et accessoirement j'ai cru mourir et je n'ai pas du tout pu accueillir ma fille comme je l'aurais voulu. Donc je ne porte pas de jugement moi non plus mais les primi qui veulent accoucher sans péri, je leur conseille de ne pas exclure l'idée qd meme que ça peut ne pas être mal. Pour un 2ème évidemment les choses sont très différentes puisque "le chemin est fait"... à mon avis la sophro est obligatoire mais pour être profitable le jour J il faut en avoir fait tous les jours à la maison avant...donc faut être réellement motivée. Bisous!